Professeure responsable

Marie-Pierre Bourdages-Sylvain

Objectifs

Par l'étude des facteurs sociaux, économiques, structurels et politiques en lien avec les transformations contemporaines du travail et de sa gestion, se familiariser avec les liens multiformes entre travail, individu et société. De façon plus précise, s'initier à l'analyse sociopolitique du travail, à ses formes et méthodes d'organisation, à ses mutations ainsi qu'à leurs impacts sur la main-d'œuvre et l'emploi.

Contenu

Le contexte et les outils théoriques. Le concept de travail comme construction sociale récente. Le travail, l'industrialisation et la modernité. L'organisation du travail d'hier à aujourd'hui. L'organisation scientifique du travail. Le fordisme. L'émergence d'un nouveau modèle productif et ses effets sur le travail et l'emploi. Les nouvelles formes d'organisation du travail. Les enjeux contemporains du travail et de sa gestion. La qualification du travail. La politique familiale et la conciliation travail-famille. Le travail atypique et la précarité. Le mouvement syndical.

Matériel didactique

Le matériel didactique comprend :

Liste des documents expédiés

Renseignements technologiques

Le cours nécessite un accès à Internet.

La configuration minimale d'un ordinateur personnel pour suivre le cours est la suivante :

Encadrement

L'encadrement est individualisé et assuré par une personne tutrice. Les communications se font par téléphone, courriel ou visioconférence.

Évaluation

L'évaluation repose sur trois travaux notés (15 %, 20 % et 25 %) et un examen sous surveillance (40 %).

Description détaillée de l'évaluation

Le premier travail noté consiste à rédiger un essai sur les représentations contemporaines du travail (15 %), le second, à rédiger un travail d'analyse des formes d'organisation contemporaines du travail et de leurs impacts sur les milieux professionnels (20 %) et le troisième, à rédiger un travail d'analyse théorique des mutations ayant influencé la société québécoise au cours des dernières décennies, ainsi que des défis qu'elles engendrent pour les intervenants du monde du travail (25 %).