Professeur responsable

Otto Ikomé

Préalable

Niveau avancé II au test de classement ou l'équivalent

Objectifs

Connaître les notions de base indispensables à la traduction. Acquérir une meilleure connaissance et la maîtrise des langues en cause pour mieux comprendre (savoir lire en anglais) et faire comprendre (savoir rédiger en français). Respecter le processus de traduction (comprendre, faire comprendre, contrôler la qualité).

Contenu

Présentation de plusieurs types de textes pouvant faire l'objet d'une traduction. Éléments importants du texte (mot, phrase, paragraphe). Critères d'évaluation d'une bonne traduction.

Description

Contrairement à l'opinion populaire, la formation en traduction est essentielle à la fois pour l'image du métier et pour la bonne pratique de celui-ci. Il permettra au traducteur en devenir de voir, en quinze semaines, ce que les non-initiés découvrent seulement après de longues années de pratique. Il ne suffit pas d'être bilingue pour traduire. La traduction exige du savoir-faire et un dévouement entier de la part de celui qui se lance dans l'exercice de ce métier, comme pigiste ou employé à temps partiel ou à plein temps.

L'accroissement quasi exponentiel des échanges entre êtres humains, dû notamment à l'essor vertigineux des moyens de communication, place très souvent l'individu, tant sur le plan intralinguistique que sur le plan interlinguistique, en situation de traduction. Ce cours, inspiré du livre de Maurice Rouleau, Initiation à la traduction générale. Du mot au texte, se propose d'offrir tous les outils nécessaires pour acquérir les compétences linguistiques indispensables à toute entreprise de traduction. Il permettra de prendre conscience de la spécificité de la communication traductionnelle, qui requiert deux qualités incontournables : celle de récepteur (qui sait écouter ou lire) et celle d'émetteur (qui sait parler ou écrire).

Le traducteur doit suivre les mouvements historiques du passage de la tradition orale à la tradition écrite, et de l'ère de la dactylographie sur papier aux saisies numériques propres aux technologies de l'information et de la communication (TIC). Certes, l'information que le traducteur doit transmettre reste indépendante des conduits de transmission de la traduction, communément appelés aides à la traduction, mais ils permettent au traducteur d'améliorer la qualité de son service et de répondre aux attentes de ses clients, lesquelles vont au-delà de l'acte de traduire : mise en page, emballage et mode d'envoi. Nous mettons en évidence l'importance de la planification, de l'organisation, de la réalisation et de la livraison d'une traduction grâce aux outils, ressources et environnements de traduction qui devraient dorénavant faire partie du poste du traducteur.

Ce cours vise à s'habituer aux différentes techniques de traduction qui font appel aux outils, ressources et environnements d'aide à la traduction, en commençant par la lecture et l'analyse du texte de départ, et en terminant par la rédaction et la révision du texte traduit prêt à livrer à un client.

À la fin de ce cours, la personne aura une idée générale de l'importance de travailler en étroite collaboration avec des personnes-ressources, ainsi que des technologies et des aides conçus spécifiquement pour la rédaction traductionnelle dans les organisations nationales et internationales. Elle aura l'occasion non seulement d'appliquer ses connaissances dans les situations réelles de traduction proposées dans le cours, mais aussi de jouer le rôle d'un traducteur professionnel (grâce à un montage scénarisé sur cédérom ou sur Internet) dans un service ou une organisation accréditée de traduction. En suivant ce cours, on se rendra compte des possibilités et des limites de l'art et de la science du métier de traducteur à l'ère de l'informatique et d'Internet.

Le contenu du cours se divise en 5 parties qui contiennent 15 modules répartis sur 15 semaines.

Le passage du « mot » au « texte » sert de fil conducteur liant les 5 parties du cours. Dans la première partie, le profil du traducteur, son rôle et ses compétences mettent en exergue l'importance d'apprendre à lire pour bien comprendre et de bien écrire pour se faire comprendre pour qui veut être traducteur.

Dans la deuxième partie, on énumère la liste des critères d'évaluation de ce que serait une bonne traduction pour parvenir au « savoir traduire ».

La troisième partie, elle, est d'une importance capitale, car elle situe le futur traducteur au coeur même de l'enjeu de la rédaction traductionnelle. À partir du mot-clé qui fait partie du noyau d'un texte, on apprend à choisir le bon mot, car celui-ci nous permet de construire des phrases avec une idée claire qui domine le paragraphe et dont l'enchaînement suit une logique bien déterminée. Cette partie nous montre que l'unité d'un texte est garante d'une communication intelligente, et ce, grâce aux différentes composantes tissées comme une toile formant un tout qui se tient.

La quatrième partie revient à la traduction proprement dite, puisqu'elle examine le processus traductionnel allant de la méthode de travail choisie par le traducteur, au contrôle de la qualité par un réviseur.

La cinquième et dernière partie propose quelques textes types auxquels le traducteur sera confronté dans son quotidien, soit l'exercice du métier.

Matériel didactique

Le matériel didactique comprend deux volumes : M. Rouleau (2001) Initiation à la traduction. Du mot au texte et P. Fournier (1991) Language to Language, ainsi qu'un site Web de cours de traduction donnant accès aux compléments indispensables du cours.

Liste des documents expédiés

Renseignements technologiques

Le cours nécessite un accès à Internet, une carte de son et des haut-parleurs, un microphone branché à l'ordinateur ou un casque d'écoute avec microphone et une suite Microsoft Office 97 ou plus.

La configuration minimale d'un ordinateur personnel pour suivre le cours est la suivante :

Encadrement

L'encadrement est individualisé et assuré par une personne tutrice. Les communications se font par téléphone ou par courriel.

Évaluation

L'évaluation repose sur cinq travaux (10 %, 10 %, 15 %, 15 % et 50 %).

Description détaillée de l'évaluation

Activité notée 1 : Connaissances linguistiques

Activité notée 2 : Analyse et compréhension de texte

Activité notée 3 : Synthèse bilingue

Activité notée 4 : Révision et correction de textes traduits

Activité notée 5 : Projet de traduction

Particularités d'inscription

En s'inscrivant à ce cours, l'étudiant accepte que la TÉLUQ transmette aux fournisseurs les informations nominatives nécessaires le concernant, afin d'obtenir les licences d'utilisation des logiciels requis pour suivre ce cours.

Le cours nécessite la maîtrise de la langue anglaise.

Cours d'anglais et test de classement

Pour plus d'information sur les cours d'anglais et test de classement.