L'objectif de l'Équipe de recherche sur le tourisme résidentiel (ERTR) est de faire avancer les recherches sur ce mode de tourisme non traditionnel.

Le tourisme résidentiel

Le concept de tourisme résidentiel a comme principale caractéristique un séjour qui se produit dans des logements non dynamiques : des loyers à long terme ou propriétés privées dont les touristes sont les propriétaires, telle une deuxième maison. Ainsi, lors d'un voyage, le touriste quitte sa routine quotidienne en optant pour une résidence secondaire dans un lieu géographique où il peut générer une nouvelle routine, complémentaire à la précédente. Ainsi, la routine de production se transforme en routine de consommation.

Définitions scientifiques

Le tourisme résidentiel est étudié depuis au moins une trentaine d'années, surtout par des sociologues et des anthropologues européens. Les acteurs locaux (gouvernements, urbanistes, etc.) l'ont souvent défini grossièrement comme une activité économique locale.

Si de nombreux débats persistent quant à sa définition comme concept scientifique, il y en a deux qui sont plus couramment utilisées :

Contrairement au tourisme balnéaire, le tourisme résidentiel reposerait d'abord et avant tout sur la recherche d'une stimulation physique (un lieu de résidence) qui servirait de chez soi. Mais est-ce suffisant pour définir ce tourisme?

Objectifs

L'ERTR vise donc à fournir des réflexions théoriques et des études de cas sur le tourisme résidentiel afin de mieux en comprendre ses fondements et ses impacts socioéconomiques.

Les chercheurs portent une attention particulière aux questions éthiques, explorant et interrogeant les différentes facettes de cette niche touristique :

Au-delà de ces questions fondamentales, l'ERTR vise également tous les éléments de connaissance et les analyses permettant de mieux comprendre le tourisme résidentiel et les concepts similaires.

Équipe

L'ERTR regroupe des chercheurs multidisciplinaires dont les travaux portent de près sur ce domaine de spécialisation.

Directeur

Rémy Tremblay, TÉLUQ, Université du Québec, Canada
remy.tremblay@teluq.ca

Collaborateurs

Daniel Hiernaux-Nicolas, Universidad Autónoma de Querétaro, Mexique
Raquel Huete, Universidad de Alicante, Espagne
Niels Martin, Université Joseph Fournier, Grenoble, France