Ce projet concerne un phénomène social croissant : les personnes âgées de plus de 50 ans qui se retrouvent en situation d’itinérance à Montréal.  Il est axé sur les expériences concrètes de relogement, de réinsertion ainsi que sur celle plus subjective de réappropriation des sentiments de sécurité et d’attachement à un foyer ou à un «chez-soi» après avoir vécu l’itinérance. L’appréhension de ce phénomène se fera à partir de trois sources : 1) Les représentations de ces expériences que se font les personnes âgées qui sont récemment passées d’une situation d’itinérance au logement; 2) Les représentations que se font des mêmes éléments les intervenants sociaux qui leur viennent en aide; et 3) La recension et l’analyse des politiques publiques et institutionnelles qui encadrent les programmes et modèles de relogement et réinsertion. Il vise ainsi à documenter des pistes de prévention et d’intervention qui répondront le mieux aux besoins de cette population et auxquelles ces personnes adhéreront le plus facilement. C’est en identifiant et en comprenant les points de tension que se créent ainsi au carrefour des cadres normatifs (les registres éthiques, cognitif et pratique) des différents groupes impliqués d’une part et d’autre part, des déterminants sociaux et des pratiques courantes en intervention sociale, et les différents modèles/formules de logements et soutien, que nous pourrons identifier les enjeux du développement d’approches dédiées à cette population particulière.

Chercheur principal

Jean Gagné

Organisme subventionnaire

PAS de la rue

Secteur de recherche

Psychologie sociale

Années

2016 - 2018

Montant accordé

117 736,00 $