Les changements climatiques (CC) menacent la capacité des forêts à fournir ses divers services en créant des tempêtes de verglas, des étés plus chauds, des changements dans les régimes de feux, etc. Le Canada s'est donné la mission de préserver des forêts résilientes aux changements globaux. Ainsi, l'évolution vers des modèles plus robustes pour prédire la réponse des forêts aux CC est cruciale puisqu'ils mèneront à l'identification des meilleures stratégies d'adaptation. Pour simuler les évènements de mortalité des forêts et la migration d'espèces d'arbres sous les CC, les scientifiques ont reconnu le besoin de bâtir des modèles non seulement à partir des climats régionaux, mais aussi selon la réorganisation des interactions entre les espèces d'arbres et les chances de rétroactions. Ce programme de recherche traite de l'adaptation et de la distribution de l'érable à sucre sous les CC. L'érable migrera-t-il vers le Nord pour retrouver sa niche climatique dans la forêt boréale? S'adaptera-t-il localement? S'étendra-t-il? Ou subira-t-il un resserrement de sa distribution? Spécifiquement, nous étudierons les interactions écologiques/biogéochimiques entre l'érable et d'autres espèces d'arbres de l'Est du Canada. Notre but est d'évaluer si l'érable a un désavantage quant au prélèvement des nutriments et de l'eau par rapport aux autres espèces, diminuant peut-être ses chances de s'adapter aux CC. Nous développons un modèle conceptuel avec l'érable comme espèceréponse parce qu'il est un emblème et commercialement important pour le Canada tout en étant sensible à plusieurs menaces. Ce modèle sera un outil précieux pour déterminer si les distributions d'autres espèces vont se décaler, s'étendre ou se rétrécir. Nous avons développer un dispositif expérimental sur le terrain qui compte trois sites formant le gradient climatique le plus important pour l'érable au Québec. À chaque site, l'érable coexiste avec ou sans : (1) les conifères qui le confrontent à la marge sud de la forêt boréale, et (2) le hêtre à grandes feuilles qui le remplace graduellement dans les forêt feuillus de l'Est du Canada. La recherche consiste en une série d'études de terrain et de laboratoire pour évaluer les impacts de diverses compositions en espèces (types de couvert) sur la disponibilité des nutriments du sol, l'établissement et la survie des semis d'érable, et la nutrition foliaire, l'utilisation de l'eau et la croissance de semis et de gaules d'érable. Nous étudierons aussi la décomposition de la litière de l'érable et les associations mycorhiziennes avec les racines de façon à mieux comprendre les processus qui régissent la nutrition et la croissance de l'érable. Cette recherche permettra d'adopter les meilleures stratégies d'adaptation de façon éclairée en augmentant les connaissances sur le fonctionnement de forêts complexes et en développant des outils pour prédire les impacts des activités humaines sur les forêts.

Chercheur principal

Nicolas Bélanger

Organisme subventionnaire

CRSNG (Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada)

Programme

Subvention à la découverte - individuelle

Secteur de recherche

Environnement

Années

2015 - 2020

Montant accordé

160 000,00 $