En matière d'« accueils, échanges, sociétés », Émile Ollivier, professeur et écrivain dont la contribution au mouvement littéraire québécois montre bien la richesse des processus en cause, écrivait :

« Je ressuscite depuis des décennies dans Côte-des-Neiges. Que n'ai-je point vu dans ce quartier coupé par une avenue qui file droite et discrète, comme pour s'excuser d'avoir balafré ce côté de la ville? Étalée au pied de l'oratoire Saint-Joseph, cette artère semble prier pour se faire pardonner l'outrage d'une intrusion qui profane la mémoire du lieu. Mais passons sur l'hérésie du bitume. Je connais tous les charmes et tous les pièges de ce quartier. Pendant que je ne cesse de mourir et de renaître dans Côte-des-Neiges, que j'ai-je point vu?
[…]
Ce territoire, aujourd'hui, est si totalement submergé par la modernité que les voix qui rappellent ce passé pourtant récent, lors même qu'elles viennent de bouches vivantes, sont, à leur façon, pareilles à celles des génies prisonniers d'une bouteille ou d'une cruche en terre cuite. Elles ne sont plus que chuchotis de fantômes errants. Entre le moment où, après avoir dépecé son caribou, l'homme québécois a jeté son silex affuté par-dessus son épaule et celui où nous nous promenons sur les grands boulevards, on dirait que cent mille ans se sont écoulés. »1

L'Institut Jacques-Couture organise les Rencontres Émile-Ollivier en hommage à ce penseur et artiste. Ces rencontres de recherche multiperspective regroupent notamment, et selon la thématique choisie, des intervenants du monde scientifique et des organismes communautaires, des étudiants, etc.

Les actes sont publiés par l'Institut.

1

Ollivier, É. (2004). La Brûlerie. Montréal : Boréal compact.

Photo : Division de la gestion de documents et des archives, Université de Montréal. Fonds Émile Ollivier (P0349)1FP07432. Émile Ollivier.

Première Rencontre Émile-Ollivier

Accueils • Échanges • Sociétés : le cas du Mile End

Consulter les actes